Mission et historique


Mission

Une architecture, un design et un urbanisme engagés, verts, originaux et pertinents.

Rayside Labossière se consacre avant tout à l’architecture sociale, à l’urbanisme communautaire, au design et au développement durable. Son dévouement à la justice sociale amène l’équipe à soutenir les projets de ses partenaires au-delà de la portée ordinaire d’une pratique architecturale, visant ainsi à promouvoir le développement social et communautaire. Chaque fois, elle tente de faire jaillir du cœur du projet l’âme et le rayonnement des actions et des personnes qui l’animent. Elle initie et rétablit l’harmonie entre l’édifice, le quartier, l’occupant et le passant. Rayside Labossière soutient la communauté et les organismes en leur fournissant les outils pour se loger et occuper l’espace urbain, afin qu’ils puissent mieux se développer.

Historique

Ron Rayside, fondateur de la firme, a terminé ses études à l’université McGill en 1972 et a travaillé pendant quelques années comme chargé de projets majeurs. En 1985, il fonde avec trois autres associés la firme BDPR, qui a réalisé des milliers de mandats variés, particulièrement pour les organismes communautaires et sans but lucratif. En 2000, Ron Rayside crée sa propre firme à laquelle se joint Antonin Labossière en 2002. Diplômé de l’université de Montréal en 2000, Antonin Labossière devient associé en 2011 et la firme porte désormais le nom Rayside Labossière.

En 2015, Anne Dussud s’est également associée à la firme. Finissante en 2003, elle a joint l’équipe en 2006.

Adhérant à la mission qu’ils se sont donnée, les associés de la firme souhaitent dépasser la pratique traditionnelle de l’urbanisme, du design et de l’architecture. Au cœur de cette vision réside la pratique d’une architecture ancrée dans sa communauté et d’un urbanisme sensible aux défis multiples du vivre ensemble et du développement durable.

Cette volonté de créer et de bâtir différemment s’exprime particulièrement en 2006 lorsque la firme construit son immeuble qui abritera ses bureaux et quatre logements locatifs. Prenant pignon sur la rue Ontario, l’immeuble veut dynamiser une artère commerciale alors moribonde et participer à son animation. La construction se veut la plus écologique possible et l’immeuble commercial devient le premier au Canada de son gabarit à recevoir la certification LEED. La toiture verte, couronnée d’un potager et de deux ruches, est ouverte depuis aux passants qui désirent jeter un œil, et bénéficier d’une vue sur le quartier.

Innovant une fois de plus, la firme crée un OBNL en 2015 pour affirmer sa vocation d’engagement dans la communauté et se donner des outils pour maximiser ses interventions.

La firme a grandit au fil des ans et compte désormais plus de 35 employés. Son organisation, elle aussi, se veut atypique par sa grande décentralisation des rôles et des responsabilités, sa fluidité au sein des équipes de travail et son atmosphère détendue mais efficace. Elle accorde une priorité à la qualité de vie des membres de l’équipe dans laquelle le travail n’est qu’une composante.

Rayside Labossière a à son actif une grande variété de projets, tant publics que privés, tant institutionnels que résidentiels, économiques et luxueux. Elle est surtout connue pour ses conversions de sites et d’édifices religieux, ses logements sociaux, ses CPE et garderies. Le soutien aux organismes communautaires demeure au cœur de ses préoccupations même si quelques résidences privées remarquées pour leur beauté ou projets de condos audacieux peuvent parfois voler la vedette.

Toute l’équipe de Rayside Labossière s’active pour faire de la ville un milieu de vie sain et beau.